Share
twitterlinkedinfacebook
Image 1 of 1
ALEM3GNBHD.jpg
Vendredi 1er  mai 2020. Carouge, Suisse. Autoportrait de la série "Quarantaine". Nu aux gants en nitrile. Le nu est la seule chose tangible dans cette ère d'incertitude liée à la crise sanitaire du covid-19. Les gants expriment la privation du sens du toucher du fait de la distanciation sociale. Normalement, seuls les grands paralysés subissent cette privation, de même que les morts, mais ils ne sont plus là pour en pâtir. Les enlever me procure le sentiment d'être encore vivante, malgré la solitude et l'isolement. En confinement, plus on est de fous, plus on rit. Pour remplir le vide sonore et l'ennui, je me suis inventé deux soeurs jumelles  @ Audrey Leclerc